Vie locale Voir plus

Philippe Duprat
Philippe Meynard
Philippe Meynard

Deux victimes d'AVC et un neurologue témoignent au Palais des Congrès

Aujourd'hui, l'association "AVC Tous Concernés" organise, en partenariat avec la Ville d'Arcachon, une conférence à 18h au Palais des Congrès. Le neurologue, coordinateur de la cellule Aquitaine AVC, l'animera en compagnie de deux victimes d'Accidents Vasculaires Cérébraux. Philippe Meynard et Philippe Duprat se rendront sur place en vélo couché et en tricycle depuis Bordeaux.

Philippe Meynard, Maire honoraire de Barsac, se bat pour la prévention des AVC depuis qu’il a lui-même survécu à un Accident Vasculaire Cérébral.

Pouvez-vous nous raconter votre histoire ?

Philippe Meynard : "J’ai eu un AVC en février 2014 à l’âge de 43 ans, alors que j’étais Maire de Barsac et Conseiller Régional d’Aquitaine. En termes de risques, je cochais à peu près toutes les cases : hypertension, stress, sédentarité, surmenage, « mal bouffe »…
Une nuit, je me suis réveillé. Je ne tenais plus debout. J’ai appelé le 15. Les pompiers sont arrivés en quelques minutes. J’ai été pris en charge à l’hôpital de Langon puis transporté à Bordeaux qui est aujourd’hui le premier hôpital en France en matière de traitement des AVC et j’ai pu être sauvé.

Vous êtes en quelque sorte miraculé ?

Oui. Après une dizaine de jours de coma, je me suis réveillé. J’ai pu réapprendre à marcher en quelques mois et aujourd’hui, malgré des handicaps cognitifs invisibles, je peux vivre à peu près normalement même si je suis très vite fatigué.

Votre vie a pris un tournant depuis votre Accident Vasculaire Cérébral. Vous avez quitté vos fonctions électives et vous vous consacrez désormais à la prévention des AVC. Pourquoi ?

Après mon AVC, j’ai dû faire le deuil de ma vie d’avant car je ne pouvais plus être exposé au même stress sous peine de rechute. Le docteur Rouanet, neurologue au CHU de Bordeaux et qui me suit, m’a proposé de m’engager à ses côtés. Il m’a dit : « On est bon sur le plan médical, mais sur le plan de la prévention, on est très mauvais ». J’ai accepté car toutes les victimes d’AVC n’ont pas ma chance. Un tiers décède. Et les trois quarts des survivants garderont des séquelles à vie. La prévention des risques est primordiale. L’exercice physique quotidien est essentiel pour éviter les accidents vasculaires cérébraux et leur récidive.

C’est pour cela que, depuis votre AVC, vous traversez la France en marchant ou en pédalant ?

Pour marquer les esprits, il faut organiser des actions percutantes. C’est pour cela que j’ai été de Barsac à Saint-Jacques de Compostelle à pied ou de Langon à Sète en tricycle (NDLR : suite à son AVC, Philippe Meynard ne possède plus l’équilibre nécessaire pour faire du vélo). Le long du chemin, je rencontre le public et la presse à qui j’explique comment prévenir les AVC en ayant une alimentation saine et en faisant du sport.

Cet été, vous serez de retour à Arcachon. Pourquoi ?

Du 26 juillet au 5 août, avec Gino Poretto, de l’Association de Don d’organes et Tissus Humains (ADOT 33), nous allons sillonner le littoral de la Nouvelle Aquitaine de Saint-Trojan à Biarritz, en passant notamment par Arcachon le 31 juillet. Tout au long de ces 385 kilomètres, nous irons à la rencontre des vacanciers pour prévenir les AVC.

Plus d’informations : av-lo.com ou 07 81 44 34 11