Vie locale Voir plus

Frédéric Ruault publie ses plus belles photos du Bassin

Frédéric Ruault vient de sortir son premier livre de photos entièrement consacré à des vues du Bassin prises au fil des saisons. Une forme d'aboutissement pour ce professionnel de l'image arcachonnais qui expose toute l'année ses clichés dans la boutique créée par son père avenue Gambetta.

Frédéric Ruault, qui êtes-vous ?

Je suis photographe comme mon père avant moi. J'ai repris sa boutique, celle dont il avait tant rêvée et qu'il a achetée en 1996, deux ans avant de décéder brutalement. A sa mort, j'avais à peine 18 ans. J'étudiais la photographie. Mais, je n'ai pas hésité. J'ai pris sa suite. J'ai d'abord fait les mêmes choses que lui : des mariages, des portraits, des images de mode... Avant de décider de me lancer dans la photographie de paysage et de transformer la boutique en galerie. Aujourd'hui, je fabrique mes propres images de bout en bout : de la prise de vue à l'impression numérique que je mets en oeuvre dans mon atelier de La Teste.
 

Vos photos sont empreintes de lumières sublimes. Vous avez d'ailleurs obtenu, en 2012, un prix européen pour une image de La Salie sous un impressionnant ciel d'orage. Comment parvenez-vous à ce résultat ?

Je vis et je travaille sur Bassin. Je photographie toujours les mêmes lieux. Pour me renouveler, j'utilise la lumière. En studio, on dispose d'accessoires pour modifier les éclairages. En extérieur, mes accessoires sont le vent, les nuages, la pluie, les marées... J'ai appris à regarder les cartes satellites. Je consulte la météo en permanence. Je mélange plein de types de données pour savoir quel type de nuages arrivent et je me déplace en fonction. J'arrive toujours une demi-heure avant de faire des photos. Je regarde, j'observe, je me laisse imprégner par l'émotion du lieu et je mets la musique qui correspond dans mes écouteurs.
 

Ce qui explique que sur votre livre, comme sur votre site, Esprit Bassin, on retrouve la playlist correspondant aux différents chapitres de votre ouvrage.

Je travaille toujours en musique. Je joue de la batterie depuis 20 ans. Et, si je n'avais pas été photographe, je serai probablement musicien. La musique me permet de me plonger encore plus profondément dans mon univers et d'amplifier mon ressenti. Je considère ce livre comme un partage, C'est pour cela que j'ai mis la play-list à leur disposition. J'espère qu'ils parcourront le livre en écoutant les morceaux qui m'ont bercé lors des prises de vue...
 

Vous n'aviez jamais publier de livre jusqu'à présent, pourquoi avoir décidé de vous lancer avec "Le Bassin" paru aux éditions La Geste ?

J'ai collaboré à deux autres publications. Le Jeu de l'Oie du Bassin et, plus récemment, un livre consacré aux villas d'Arcachon paru lui aussi chez Geste. C'est le responsable de cette maison d'éditions qui m'a convaincu de me lancer. Jusqu'à présent, je m'y refusais parce que je ne voulais pas faire ce qui avait déjà été fait. Mais l'idée a cheminé en moi et j'ai finalement décidé de leur proposer un livre clin d'oeil à Arcachon, sur le mode des quatre saisons. J'y ai mis beaucoup de moi. J'y explique comment je travaille. Aujourd'hui, je considère cet ouvrage comme l'aboutissement de huit années de travail sur les paysages en photographie numérique.

Quels sont vos projets désormais ?

A l'avenir, je veux continuer à m'amuser mais aussi faire vivre cette boutique qui était le rêve de mon père et cette entreprise qui compte deux salariés. Mon prochain challenge, c'est de parvenir à faire des clichés jamais vus de lieux que tout le monde connaît, comme les cabanes tchanquées !

"Le Bassin" de Frédéric Ruault
Paru chez La Geste (www.gesteditions.com)
 

Tags: