Les Midis au Théâtre

Tags: 

Frédéric Ruault publie ses plus belles photos du Bassin

Frédéric Ruault vient de sortir son premier livre de photos entièrement consacré à des vues du Bassin prises au fil des saisons. Une forme d'aboutissement pour ce professionnel de l'image arcachonnais qui expose toute l'année ses clichés dans la boutique créée par son père avenue Gambetta.

Frédéric Ruault, qui êtes-vous ?

Je suis photographe comme mon père avant moi. J'ai repris sa boutique, celle dont il avait tant rêvée et qu'il a achetée en 1996, deux ans avant de décéder brutalement. A sa mort, j'avais à peine 18 ans. J'étudiais la photographie. Mais, je n'ai pas hésité. J'ai pris sa suite. J'ai d'abord fait les mêmes choses que lui : des mariages, des portraits, des images de mode... Avant de décider de me lancer dans la photographie de paysage et de transformer la boutique en galerie. Aujourd'hui, je fabrique mes propres images de bout en bout : de la prise de vue à l'impression numérique que je mets en oeuvre dans mon atelier de La Teste.
 

Vos photos sont empreintes de lumières sublimes. Vous avez d'ailleurs obtenu, en 2012, un prix européen pour une image de La Salie sous un impressionnant ciel d'orage. Comment parvenez-vous à ce résultat ?

Je vis et je travaille sur Bassin. Je photographie toujours les mêmes lieux. Pour me renouveler, j'utilise la lumière. En studio, on dispose d'accessoires pour modifier les éclairages. En extérieur, mes accessoires sont le vent, les nuages, la pluie, les marées... J'ai appris à regarder les cartes satellites. Je consulte la météo en permanence. Je mélange plein de types de données pour savoir quel type de nuages arrivent et je me déplace en fonction. J'arrive toujours une demi-heure avant de faire des photos. Je regarde, j'observe, je me laisse imprégner par l'émotion du lieu et je mets la musique qui correspond dans mes écouteurs.
 

Ce qui explique que sur votre livre, comme sur votre site, Esprit Bassin, on retrouve la playlist correspondant aux différents chapitres de votre ouvrage.

Je travaille toujours en musique. Je joue de la batterie depuis 20 ans. Et, si je n'avais pas été photographe, je serai probablement musicien. La musique me permet de me plonger encore plus profondément dans mon univers et d'amplifier mon ressenti. Je considère ce livre comme un partage, C'est pour cela que j'ai mis la play-list à leur disposition. J'espère qu'ils parcourront le livre en écoutant les morceaux qui m'ont bercé lors des prises de vue...
 

Vous n'aviez jamais publier de livre jusqu'à présent, pourquoi avoir décidé de vous lancer avec "Le Bassin" paru aux éditions La Geste ?

J'ai collaboré à deux autres publications. Le Jeu de l'Oie du Bassin et, plus récemment, un livre consacré aux villas d'Arcachon paru lui aussi chez Geste. C'est le responsable de cette maison d'éditions qui m'a convaincu de me lancer. Jusqu'à présent, je m'y refusais parce que je ne voulais pas faire ce qui avait déjà été fait. Mais l'idée a cheminé en moi et j'ai finalement décidé de leur proposer un livre clin d'oeil à Arcachon, sur le mode des quatre saisons. J'y ai mis beaucoup de moi. J'y explique comment je travaille. Aujourd'hui, je considère cet ouvrage comme l'aboutissement de huit années de travail sur les paysages en photographie numérique.

Quels sont vos projets désormais ?

A l'avenir, je veux continuer à m'amuser mais aussi faire vivre cette boutique qui était le rêve de mon père et cette entreprise qui compte deux salariés. Mon prochain challenge, c'est de parvenir à faire des clichés jamais vus de lieux que tout le monde connaît, comme les cabanes tchanquées !

"Le Bassin" de Frédéric Ruault
Paru chez La Geste (www.gesteditions.com)
 

Tags: 

Découvrez la nouvelle Saison Culturelle du Théâtre Olympia

Hier soir, Bernard Lummeaux, Adjoint au Maire en charge de la Culture et Benoît Dissaux, Directeur d'Arcachon Culture, présentait, face à un public nombreux, la prochaine Saison Culturelle 2017-2018 du Théâtre Olympia. Des créations, du théâtre, de la danse, de la musique et bien d'autres spectacles seront au rendez-vous cette année. Un véritable panel artistique pour répondre à toutes les envies.

Les noms des grands artistes qui viendront dès la rentrée 2017 à Arcachon partager avec vous leurs spectacles ont ainsi été dévoilés. Parmi eux l'humouriste Franck Dubosc, la chanteuse Olivia Ruiz, la chrorégraphe Blanca Li ou encore le ballet Preljocaj...

Téléchargez le programme dans son intégralité.

Téléchargez le bulletin d'abonnement.

Tags: 

Les élèves de Paul Bert découvrent les sculptures de Nathalie Decoster

Après avoir parcouru le monde entier, Nathalie Decoster, artiste libre, vient de poser ses valises à Arcachon. Elle est venue accompagnée de ses sculptures monumentales qui sont exposées sur le Front de Mer dans le cadre du Printemps des Sculptures.

Nathalie Decoster fait escale à Arcachon pour présenter ses œuvres à travers lesquelles elle délivre des messages universels sur la condition humaine. Elle était mardi matin avec des élèves de CM1 de l'école élémentaire Paul Bert qui sont venus partager un moment avec elle à la rencontre de ses créations. 

Les enfants ont découvert avec enthousiasme et intérêt la passion de Nathalie Decoster pour la sculpture. L'artiste leur a expliqué, avec patience et pédagogie, le sens de chacune de ses œuvres. Les questions ont fusé parmi les enfants dont certaines amusantes ont fait rire l'artiste. L'un d'entre eux a notamment demandé : "As-tu déjà fait une sculpture en diamant pour un milliardaire ?". Les élèves de Paul Bert et Nathalie Decoster se sont quittés après une heure de découverte et de partage.

Les sculptures de Nathalie Decoster
Jusqu'au 28 juin
Front de Mer d'Arcachon
Exposition gratuite
Tags: 

Isabelle Mergault : "La Plage aux Écrivains sera mon baptême !"

L'actrice, réalisatrice et scénariste, Isabelle Mergault vient de sortir son premier roman "Un Escargot tout chaud" chez Grasset. Elle le présente ce week-end, pour la première fois, à un salon littéraire de province : La Plage aux Ecrivains. Un rendez-vous qu'elle attend avec impatience et curiosité. 

Vous participez ce week-end pour la première fois à La Plage aux Ecrivains. Avez-vous fréquenté beaucoup de salons littéraires depuis la sortie de votre livre ?

Pas du tout ! Je découvre complètement tout ce qui est du domaine de l'écrivain. "Un Escargot tout chaud" est mon premier roman. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à moi. Je n'ai participé à aucun salon hormis celui de Versailles. C'est la première fois que je me rends en province pour présenter mon livre. C'est un grand baptême ! Je ne sais pas du tout ce qui m'attend.

Pourquoi avoir choisi La Plage aux Ecrivains ?

C'est mon éditeur qui me l'a conseillé. C'est un salon qu'ils aiment beaucoup chez Grasset. Ils m'ont dit que c'était un rendez-vous sympa et chaleureux dans un endroit très beau. Ils m'ont dit aussi que j'y serai très heureuse.

Etes-vous déjà venue sur le Bassin d'Arcachon ? 

Non, je ne connais pas le Bassin. Là aussi ce sera une première ! Mais on m'a dit que c'était un endroit magique et j'adore manger des huîtres...

Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire un premier roman ?

J'ai déjà beaucoup écrit dans ma vie, au moins une vingtaine de scénarios et de pièces de théâtre. Mais, une fois ces pièces jouées et ces films tournés, il ne reste plus rien. J'avais envie de quelque chose qui reste. En plus, j'arrive à un moment de ma vie où j'en ai marre qu'on me dise ce que je dois faire : pas plus d'1h20 ou 1h30 pour une pièce ou un film, tenir compte des contraintes budgétaires... Ecrire un roman offre une totale liberté. Il n'y a pas d'obligation d'action. On peut consacrer dix pages à la description psychologique d'un personnage, aux sentiments humains. Et c'est justement ce qui m'intéresse le plus !

Etes-vous satisfaite du résultat ? 

Un livre, si vous le présentez, c'est que vous trouvez qu'il est présentable ! Si je ne l'avais pas aimé, je ne l'aurais pas sorti. Je suis comme une mère pour qui son bébé est forcément le plus beau ! 

Vous êtes-vous déjà attelée à la rédaction d'un nouveau roman ?

Non. Pour l'instant, je suis tellement prise par celui-là qu'il n'en est même pas question. J'ai envie de l'accompagner et de lui tenir encore la main pendant quelque temps. Sinon, j'aurais l'impression de le trahir...

Un Escargot tout chaud est paru aux éditions Grasset en mars 2017.
Isabelle Mergault dédicacera son livre samedi et dimanche toute la journée lors de La Plage aux Ecrivains

 

Tags: 

Jean-Christophe Rufin, un Académicien à La Plage aux Ecrivains

La Plage aux Ecrivains recevra ce week-end pour la 2nde fois l'Académicien et lauréat du Prix Goncourt Jean-Christophe Rufin. L'écrivain, médecin, diplomate et historien y présentera son dernier ouvrage, Le Tour du Monde du roi Zibeline. Le récit authentique mais raconté comme un conte oriental de la vie du Baron hongrois Maurice Beniowski qui devint roi de Madagascar.

Vous avez déjà participé, en 2015, à la Plage aux Ecrivains. Quel souvenir en gardez-vous ?

Ce fut trop court. C'est justement pour cela que j'avais envie de revenir. En 2015, j'ai fait un passage éclair. J'arrivais le matin de Genève et je suis reparti dans l'après-midi. J'ai passé mon temps à signer des livres dos à la mer sans pouvoir en profiter. Pourtant, j'en garde un bon souvenir. C'est un salon extraordinairement actif. Il y a beaucoup de monde et l'ambiance bord de mer est géniale. Cette fois-ci, je me suis organisé pour rester une vraie journée et ainsi pouvoir visiter les environs, d'autant que je connais très mal votre région.

Aimez-vous venir à la rencontre de votre public ?

Oui. C'est ce qui vous rappelle une fois par an, car je publie un livre par an, qu'on n'écrit pas pour soi mais pour les autres et que les autres font ce qu'ils veulent de votre livre. Chacun en a sa propre lecture et c'est très intéressant de rencontrer ces différentes lectures. 

Dans votre dernier ouvrage, vous retracez la vie aventureuse de Maurice Beniowski. Pourquoi vous êtes-vous intéressé à la vie de ce jeune noble né en Europe Centrale, contemporain de Voltaire et de Casanova ?

La plupart des Français ignorent tout de l'existence de Maurice Beniowski. J'ai croisé "sa route" en Pologne il y a 15 ans. J'ai lu avec passion ses mémoires mais j'ai mis longtemps avant de savoir quoi faire de ce personnage. Il y a un an, j'ai eu un déclic. Comme en réaction au monde d'aujourd'hui, j'ai eu envie d'évoquer les Lumières et ces idées révolutionnaires du 18ème siècle. 
En France, Maurice Beniowski a été calomnié et détruit par les historiens coloniaux mais, au 18ème, ce philosophe qui a parcouru le monde était très connu. Il a eu une vie incroyable. Il a été prisonnier des Russes, exilé en Sibérie puis s'est évadé. Ensuite il est venu en France, le roi l'a chargé d'une mission et il est devenu roi de Madagascar. 

Le Tour du Monde du Roi Zibeline est paru aux éditions Gallimard en avril 2017.
Jean-Christophe Rufin sera en dédicace samedi 13 mai toute la journée à La Plage aux Ecrivains.

 

Tags: 

Sandrine Collette de retour à La Plage aux Ecrivains avec un nouveau roman noir

Sandrine Collette, primée en 2015 à Arcachon pour "Six Fourmis blanches", participera de nouveau à La Plage aux Ecrivains les 13 et 14 mai prochains. L'auteure de romans noirs présentera son dernier opus : "Les Larmes noires sur la terre".

Il y a deux ans vous participiez pour la 1ère fois à La Plage aux Ecrivains. Quels souvenirs gardez-vous de ce premier séjour dans notre Ville ?

Je ne connaissais pas Arcachon. J'ai trouvé l'endroit ravissant. J'étais très exaltée car j'ai reçu à cette occasion le Prix Littéraire de la Ville. Je me rappelle tout particulièrement de la dégustation géante d'huîtres. C'était épatant, tous ces bénévoles qui travaillaient depuis le matin et la façon dont les gens se sont rués sur la tablée. En une dizaine de minutes, il ne restait plus rien !
Et puis je me souviens aussi de cette lumière si particulière, liée à l'installation du village sur la plage. L'environnement fait vraiment partie du salon. 

Participez-vous à beaucoup de salons littéraires ? 

Une trentaine environ par an au moins. Le travail d'auteur est un travail très solitaire. J'aime donc aller ainsi à la rencontre de mes lecteurs. C'est intéressant en outre de voir le regard qu'ils posent sur mes livres car, finalement, il y a autant de livres que de lecteurs !

Les 13 et 14 mai, lors de la 13ème édition de la PAE, vous présenterez "Les Larmes noires sur la terre". Dans ce 5ème roman, vous racontez la vie de Moe qui bascule dans l'horreur suite à une mauvaise décision. Qu'est-ce qui vous a inspiré le récit de ce destin brisé ?

Je voulais sortir de l'ordinaire du genre polar mais rester dans l'ordinaire des gens : observer ce qui se passe autour de nous et retranscrire. L'histoire de Moe, c'est le destin transfiguré d'une femme que j'ai connue. Les faits que je retrace dans ce livre sont inspirés de faits réels. Dans tous mes livres, j'explore l'impermanence de la vie, du destin. Mes lecteurs me disent souvent, au sujet de mes personnages : "Ça aurait pu être nous". C'est exactement mon propos.

Votre vie à vous aussi a basculé lorsque vous avez décidé de devenir auteur. Racontez-nous comment. 

Il y a cinq ans, je travaillais à l'université de Nanterre. Un jour, je me suis dit : "Ce n'est pas possible que la vie ce soit ça !". J'avais envie d'écrire depuis 20 ans. C'était un vieux rêve. Je ne voulais pas avoir de regret. J'ai pris un an pour écrire "Des Nœuds d'Acier". Je l'ai envoyé à Denoël et j'ai eu la chance qu'ils acceptent de le publier malgré son côté atypique.

Depuis vous êtes partie vous installer dans le Morvan pour écrire en retrait du monde. Quel est votre rapport à l'écriture ? 

C'est toujours un véritable plaisir d'écrire. C'est une joie, une exaltation ! Quand c'est l'heure, je suis heureuse de me mettre à l'ordinateur. Je joue avec les mots. Contrairement à la peinture, j'arrive à en faire ce que je veux !

 

Tags: 

Rebecca Lighieri fière d'avoir obtenu le Prix Littéraire de la Ville d'Arcachon

Le jury de La Plage aux Ecrivains a décerné son Prix Littéraire à Rebecca Lighieri pour "Les Garçons de l'été". L'auteure de ce thriller retraçant la descente aux enfers d'une famille bien sous tous rapports sera présente à Arcachon les 13 et 14 mai lors de l'événement. Elle offrira au public une lecture sur le sable. En attendant sa venue, Emmanuelle Bayamack-Tam, de son vrai nom, a accepté de répondre à nos questions.

Pourquoi avoir choisi d'écrire votre dernier roman sous le pseudonyme de Rebecca Lighieri ?

J'écris et je publie chez P.O.L (NDLR : son éditeur) depuis 20 ans sous mon vrai nom. Et, depuis 2013, j'écris aussi chez P.O.L sous le nom de Rebecca Lighieri. J'ai publié "Husbands" sous ce pseudonyme pour m'aventurer sur le terrain du roman noir, du thriller. Mon éditeur me l'a déconseillé car je commençais à être connue sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam mais ce pseudo m'a désinhibée. J'écris de façon plus libre, surtont les passages les plus sombres. Je pense, comme André Gide, qu'il faut "inquiéter le lecteur". 

Il y a beaucoup de violence dans "Les Garçons de l'été". Où êtes-vous allée la puiser ?

J'avais envie d'explorer cette part obscure que l'on a en chacun de nous. Ecrire permet de questionner cette part de soi. Heureusement, même si nous éprouvons tous des pulsions violentes, contrairement à Thadée (NDLR : le personnage central de son livre), nous sommes suffisamment construits pour ne pas passer à l'acte. Et puis, la folie m'interroge. "Ça" ou "Shinning" de Stephen King sont des références pour moi. Plonger les enfants dans la déviance ou la folie des adultes, c'est une thématique récurrente dans mes livres. 

Qu'avez-vous ressenti en apprenant que le Prix Littéraire de la Ville d'Arcachon vous était attribué ? 

On écrit pour être reconnu. Alors, bien-sûr, j'ai ressenti une grande fierté lorsque j'ai su que ce prix m'avait été décerné. D'autant que vous m'apprenez que j'étais en concurrence avec des auteurs comme Jean-Christophe Rufin, Pascal Manoukian ou Didier Decoin ! Je suis vraiment très contente que mon roman ait été choisi. En plus, je pense que ce prix va attirer l'attention du public sur mon livre.

Vous participerez pour la première fois à La Plage aux Ecrivains les 13 et 14 mai. Comment le vivez-vous ? 

J'ai regardé qui serait là cette année. Il y a beaucoup d'écrivains de renom. C'est vraiment un événement prestigieux ! Je suis ravie d'en être. Et puis, pour un auteur, c'est toujours un moment crucial que de se confronter à ses lecteurs.

Plus d'informations sur la Plage aux Ecrivains

Tags: 

Printemps des sculptures

Du 18 mai au 28 juin, Nathalie Decoster expose ses sculptures géantes, dans le cadre du Printemps des Scuptures, sur le Front de Mer d'Arcachon.

Nathalie Decoster délivre à travers ses œuvres des messages universels sur la condition humaine, la relation de l'homme face au temps, ses fragilités, les valeurs essentielles que nos vies modernes tendent à nous faire oublier. Le personnage emblématique de ses sculptures, « le messager », est l’être humain que nous sommes tous.

Toujours inclus dans une forme géométrique, souvent un cercle, « Le messager » peut être suspendu par les bras, les pieds, en haut d’un ressort, soumis aux aléas du temps. Il nous rappelle que chacun d’entre nous a le droit de décrocher. Ainsi, non sans humour, Nathalie Decoster nous fait prendre conscience des absurdités de nos vies d’hommes modernes et nous donne un code d’accès à la sérénité.

Renseignements :
Tél. 05 57 52 97 97
www.arcachon.com

Tags: 

La Plage aux Ecrivains

La Plage aux Ecrivains - TELECHARGER LE FLYER

Samedi 13 et dimanche 14 mai
Front de Mer.

Les auteurs qui font l’actualité littéraire vous donnent rendez-vous sur le Front de Mer pour partager leur passion pour l’écriture et la  lecture.

Au programme : -> LE PROGRAMME EN LIGNE AU FORMAT PDF
Des rencontres, des dédicaces et bien-sûr l’incontournable lecture sur le sable…

Samedi 13 mai à 12h :
Buffet d’huîtres géant sur le Front de Mer.

Village sur le Front de Mer, face au Palais des Congrès.

TELECHARGER LE DOSSIER DE PRESSE

Renseignements :
Tél. 05 57 52 97 97

Tags: 

Pages